Chronique d’un EHS, question de point de vue

J’ai assisté hier à une conférence sur les effets des ondes électromagnétiques donnée par une jeûne maman. La conférence s’est déroulée dans une ambiance bon enfant avec quelques bambins qui gazouillaient dans la salle. La conférence était fort orientée vers la protection des enfants et des femmes enceintes mais abordait toutefois d’une façon générale la problématique de l’exposition aux ondes. Les réactions du public sont diverses, pour les uns cela relève du charabia technique des abréviations, des institutions et des technologies, pour d’autres c’est clairement une privation de liberté supplémentaire. Comme EHS, vivant dans un endroit protégé des ondes et de ces technologies, je ne me rends plus très bien compte de l’importance que ces technologies ont prises sur le quotidien des gens. Il est vrai que pour un parent qui rentre du boulot et qui veut protéger son cocon familial des perturbations, c’est un véritable parcours du combattant. Il faut couper les gsm, désactiver le wifi, protéger les zones sensibles, répondre à son employeur qui continue à vous poursuivre en dehors des heures et s’occuper du mari et des gosses. Pfff, je ne pourrais pas et je préfère de loin comme le chat rêver à mes jeux avec les souris.

Quand on propose aux gens de couper le gsm durant la conférence, il faut presque s’agenouiller car ils ont tous les meilleurs raisons du monde de le laisser activé au cas où. On traite souvent les EHS de cinglés du ciboulot, mais qui a le plus un problème de comportement ? Eux ou nous ? Comment peut-on être aussi dépendant d’un objet, on dirait un vrai tamagotchi qu’il faut surveiller en permanence comme un bébé. Ils affirment qu’on veut les priver de leur liberté, mais ils ne se rendent pas compte du carcan qu’ils se sont mis autour du cou et qu’ils se sont mis eux-mêmes en situation de dépendance totale. Les cancers, les gliomes ou Alzeihmer, cela leur évoque bien quelque chose mais ça n’arrive qu’aux autres. J’en conclus que nous devons continuer à sensibiliser mais surtout sans choquer car sinon on perd l’écoute et on continue à être impacté par leurs comportements. La solidarité avec les EHS est une utopie, le confort individuel passe avant tout. Ma liberté s’arrête là où commence celle des autres est une parole vaine. La conférencière était optimiste par rapport à l’avenir, je ne partage pas son point de vue.

Des médecins belges à la rescousse

Les Drs Magali Koelman et Vinciane Verly sont à l’initiative en Belgique de www.Hippocrates-Electrosmog-Appeal.be.

J’ai le plaisir de reproduire ici leur dernier travail de synthèse concernant :

Exposition des enfants
aux champs et rayonnements électromagnétiques
de radiofréquences/micro-ondes

(Wi-Fi, smartphones, antennes-relais, …)

Informations, recommandations, basées sur les recherches scientifiques actuelles indépendantes de l’industrie.

Introduction

Le Wi-Fi, les smartphones et tablettes en 2G, 3G, 4G, bluetooth, les téléphones sans fil DECT, les smart-TV, les montres connectées, … sont tous émetteurs de champs et rayonnements électromagnétiques artificiels de radiofréquences/micro-ondes (RF/MO).

Ces rayonnements ont été classés en 2011 par le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC), un organe de l’OMS, dans la catégorie des produits potentiellement cancérogènes pour l’homme (classe 2B), tout comme le plomb, le DDT, l’amiante, le tabagisme passif…

Il est communément admis que les rayonnements électromagnétiques RF/MO peuvent induire un échauffement des tissus. On parle d’effet thermique. Mais par ailleurs, de nombreuses études scientifiques indépendantes de l’industrie corrèlent l’exposition aux RF/MO avec des effets biologiques non-thermiques. Ceux-ci peuvent apparaître à des intensités d’exposition largement inférieures à celles nécessaires à échauffer les tissus. Sans provoquer d’échauffement des tissus, ils sont néanmoins susceptibles d’occasionner des dommages aux organismes vivants.

Il est également communément admis que les enfants sont plus sensibles aux facteurs environnementaux. Il convient de ne pas les exposer inutilement à des facteurs environnementaux potentiellement nocifs.

Les normes actuelles ne tiennent pas compte de l’existence d’effets biologiques autres que thermiques ni de la plus grande vulnérabilité des enfants. Elles sont insuffisantes pour protéger efficacement la population, et en particulier, les enfants.

 

Quels sont les effets biologiques et sanitaires ?

Des milliers d’études indépendantes relatent l’existence d’effets biologiques d’une exposition aux RF/MO.

En voici une liste non exhaustive et simplifiée.

  • Effets sur l’ADN : rupture des brins de l’ADN, diminution de sa capacité de réparation, mutation chromosomique, mort des cellules ;
  • Effets sur les protéines : perturbation de la synthèse et de la structure des protéines (en ce compris enzymes, hormones et neurotransmetteurs), synthèse accrue de protéines de stress et de radicaux libres ;
  • Altération de la quantité et de la qualité du sperme, modification du tissu ovarien, altération de l’ADN des gamètes, altérations des niveaux hormonaux ;
  • Modification de l’activité électrique cérébrale ;
  • Ouverture de la barrière hémato-encéphalique ;
  • Perturbation de la production d’énergie par les mitochondries ;

Les effets peuvent se prolonger bien après l’arrêt de l’exposition et leurs conséquences sur la santé peuvent être multiples :

  • Augmentation du risque de survenue de cancers;
  • Atteinte du système cardiovasculaire : troubles du rythme cardiaque, tachycardies, palpitations cardiaques ;
  • Atteinte du système nerveux central : troubles du sommeil suite à une perturbation de la synthèse de mélatonine ; troubles de la mémoire, dépression, troubles du comportement, suite à la perturbation de certains neurotransmetteurs, troubles de la concentration et de l’apprentissage ;
  • Atteinte du système hormonal par perturbation de la synthèse des hormones ;
  • Baisse de la fertilité, en particulier masculine ;
  • Fausses couches ;

Sensibilité des enfants

Les organes des enfants sont encore immatures et en plein développement, leur taux de division cellulaire est plus important. Les enfants sont par conséquent et de manière générale plus sensibles aux facteurs environnementaux.

En outre, leurs dimensions sont plus petites que celles d’un adulte. Les rayonnements électromagnétiques pénètrent donc proportionnellement plus profondément dans les organes. Leur cerveau contient proportionnellement plus d’eau que le cerveau adulte et absorbe donc davantage les rayonnements.

De plus, la génération actuelle d’enfants est exposée quasiment en permanence et ce depuis leur vie in utero. Les risques à long terme peuvent donc être accrus en raison des effets cumulatifs d’une exposition chronique prolongée.

Il est dès lors primordial de ne pas les exposer inutilement aux rayonnements électromagnétiques d’origine technologique.

Les normes actuelles

Les normes actuelles ont été établies sous la supervision de l’industrie en se basant sur les seuls effets thermiques. Elles ne considèrent pas les effets biologiques pourtant amplement mis en évidence à ce jour. Elles autorisent des niveaux d’exposition bien trop élevés au regard des seuils auxquels des effets biologiques et sanitaires ont été recensés. Elles ne peuvent donc protéger efficacement et durablement la santé de la population.

Nous préconisons le respect des seuils-limites d’exposition établies par le Conseil de l’Europe sur base de l’existence d‘effets biologiques et sanitaires. Celui-ci recommande :

« s’agissant de l’utilisation individuelle du téléphone portable, du téléphone sans fil DECT, du Wi-Fi, du WLAN et du WIMAX pour les ordinateurs et autres applications sans fil, par exemple les interphones pour la surveillance des bébés:

8.2.1.   de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d’exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant pas 0,6 volt par mètre et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre ; »

Etat des lieux des recommandations actuelles en Belgique et à l’étranger

En Belgique, plusieurs instances officielles ont émis des recommandations.

Dans sa brochure « Les Champs électromagnétiques et la Santé » (2012), le SPF Santé Publique recommande « à tout le monde, et  surtout  aux  enfants, de respecter des règles élémentaires pour éviter une exposition inutile ».

Il stipule que « il est possible que l’utilisation prolongée d’un téléphone mobile engendre un risque accru de cancer du cerveau ». Il édicte en conséquence une série de mesures pour une utilisation raisonnable des téléphones mobiles.

http://environnement.sante.wallonie.be/files/document%20pdf/oem/Brochure_elektromagnetische_FR_kl_resolutie.pdf

LONE a publié dans sa brochure 24 (2015) des recommandations sur l’utilisation du Wi-Fi dans les milieux d’accueil. Elle recommande :

  • « si cela est possible, de ne pas installer de Wi-Fi et d’utiliser uniquement le système par câble pour l’accès internet ;
  • s’il y a un système Wi-Fi : de placer la borne Wi-Fi et le PC dans un lieu où les enfants ne vont pas, hors des pièces de vie et surtout hors des dortoirs; d’éteindre la borne Wi-Fi dès qu’elle n’est pas utilisée ;
  • pour l’utilisation d’une durée plus ou moins longue du PC, il est préférable de se connecter par câble car toute personne qui fait usage d’un poste raccordé au réseau par le Wi-Fi, se trouve à très courte distance de l’émetteur de sa propre machine. Le rayonnement émis par celle-ci est alors aussi important que celui d’une borne Wi-Fi. »

Office de la Naissance et de l’Enfance, « Le WI-FI dans les milieux d’accueil ? Quelques bons gestes à adopter », Flash Accueil, 2015; n°24: pp. 5-6.

En 2017, l’ONE a publié le rapport du groupe de travail sur les risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques de radiofréquences à l’école. Le rapport recommande les précautions suivantes :

« 1) Limiter l’exposition des enfants aux ondes EM-RF en général (en tenant compte de l’évolution de l’utilisation des nouvelles technologies avec l’âge). Cette mesure est, en toute logique, valable à la maison aussi.

2) Information/formation sur l’utilisation « avisée et précautionneuse » des nouvelles technologies de l’information/communication, à destination des directions et pouvoirs organisateurs, des enseignants et des élèves, dans un esprit « d’empowerment ».

3) Information et communication transparente aux parents et aux élèves sur le projet d’établissement ».

Le rapport est disponible pour les professionnels de la santé scolaire et de l’ONE sur le site Excellencis-ONE ou sur demande à la direction santé de l’ONE.

 

Kind&Gezin émet également des recommandations de prudence sur son site internet.

« In het belang van de allerkleinsten kan je de straling beperken door bv. enkel een draadloze internetverbinding te gebruiken indien nodig en ook bij smarthpones de aanbevelingen rond gsm-gebruik toe te passen. »

Traduction : « Dans l’intérêt des plus jeunes, on peut limiter le rayonnement, par exemple, en utilisant une connexion internet sans fil uniquement en cas de nécessité et en appliquant également pour les smartphones les recommandations applicables à l’utilisation du gsm. »

https://www.kindengezin.be/veiligheid/huis-en-tuin/straling/

Le Conseil Supérieur de la Santé (2014) stipule que : « L’incertitude quant aux conséquences pour la santé a plutôt tendance à augmenter. Etant donné les lacunes persistantes et le manque de recul sur les conséquences potentielles d’une exposition à long terme, il considère toutefois que la prudence s’impose », [] « le principe de précaution peut être utile pour veiller à ce que ce développement ne mette pas en danger la santé publique de manière irréversible ».

https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/telephonie_mobile_et_sante_avec_en_point_dattention_la_4_g_octobre_2014_css_8927.pdf

En 2019, dans la lignée d’une trentaine d’autres appels similaires en différents endroits du monde, nous avons lancé l’appel :

« Hippocrates-Electrosmog-Appeal Belgium ».

Cet appel regroupe les demandes adressées au gouvernement pour augmenter la protection des citoyens, notamment des enfants. Il se base sur l’étude de la littérature scientifique indépendante de l’industrie. Il peut être signé par tout professionnel de la santé.

Nous appelons à l’application du Principe de Précaution en vue de protéger les jeunes générations, et particulièrement les enfants et femmes enceintes, des dangers potentiels liés à l’exposition chronique aux champs et rayonnements électromagnétiques RF/MO.

https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be/

A l’étranger

Le rapport Bioinitiative rassemble les conclusions de plusieurs milliers d’études scientifiques indépendantes de l’industrie. Sa première édition remonte à 2007. Il a été régulièrement complété et mis à jour depuis lors (2012, 2014 et 2019).

Il préconise l’utilisation d’alternatives filaires dans les écoles et les lieux accueillant des jeunes enfants.

www.bioinitiative.org

En 2008, le Comité National Russe de Protection contre les Radiations Non-Ionisantes (RNCNIRP) déclare :

 » Les membres du Comité National Russe de Protection de Radiation Non-Ionisante mettent en exergue l’ultime urgence de défendre la santé des enfants de l’influence des CEM des systèmes de communication mobile. Nous appelons les autorités gouvernementales, l’ensemble de la société à porter la plus grande attention à cette menace imminente et de prendre les mesures adéquates de prévention aux conséquences négatives sur la santé de la génération future. »

https://www.robindestoits.org/attachment/109625/

En 2011, le RNCNIRP publie des recommandations afin de protéger les enfants et les adolescents des effets de la téléphonie mobile sur la santé.

« Résolution : Champs électromagnétiques des téléphones portables : effets sur la santé des enfants et des adolescents »

https://www.robindestoits.org/attachment/275728

Le RNCNIRP a officiellement recommandé en 2012 que le Wi-Fi ne soit pas utilisé dans les écoles.

http://youtu.be/5CemiJ-yIA4

L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, dans sa résolution 1815 de 2011, a émis plusieurs recommandations, dont :

« concevoir des campagnes d’information destinées aux parents, enseignants et élèves (point 8.3.1) et d’interdire tous les téléphones portables, téléphones DECT, WI-FI ou WLAN dans les écoles (point 8.3.2) »

« (…) l’Assemblée recommande que les états membres du Conseil de l’Europe prennent toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, spécifiquement les fréquences de la téléphonie mobile et particulièrement l’exposition aux enfants et adolescents qui semblent être plus à risque pour des tumeurs au cerveau. »

« L’Assemblée recommande (…) de privilégier pour les enfants en général, et plus particulièrement dans les écoles et salles de classe, des systèmes d’accès à l’internet par connexion filaire et de réglementer de façon stricte l’utilisation du portable par les élèves dans l’enceinte de l’école. »

http://assembly.coe.int/nw/xml/xref/xref-xml2html-fr.asp?fileid=17994

 La Pr Magda Havas au Canada dénonce les dangers du Wi-Fi à l’école depuis plusieurs années déjà :

« Les enfants sont plus sensibles aux contaminants de l’environnement notamment ceux comprenant des rayonnements micro-ondes. Le Rapport Stewart (Uk-2000) a recommandé que les enfants ne devraient pas utiliser les téléphones mobiles, sauf pour des situations d’urgence. Le téléphone portable expose la tête aux irradiations micro-ondes. Un ordinateur sans fil (Wi-Fi) expose toute la partie supérieure de votre corps et si vous avez l’ordinateur posé sur vos genoux, il expose ainsi vos organes reproducteurs, ce n’est pas souhaitable, surtout pour de jeunes enfants et des adolescents. »

« Pour ces raisons, il est irresponsable d’installer la Wi-Fi qui génère des irradiations artificielles micro-ondes dans un milieu scolaire où les jeunes enfants passent de nombreuses heures chaque jour ». 

http://www.robindestoits.org/Lettre-ouverte-aux-parents-enseignants-et-conseillers-scolaires-en-ce-qui-concerne-les-reseaux-WiFi-dans-les-ecoles-Dr_a915.html

La Dr Martha Herbert, neuropédiatre et chercheuse en neurosciences à la faculté de médecine de Harvard :

« Les technologies actuelles ont été conçues et développées sans tenir compte des impacts biologiques autres que les effets thermiques. Nous savons maintenant qu’il existe un large éventail d’effets qui n’ont rien à voir avec l’échauffement des tissus. La revendication des défenseurs du Wi-Fi [par exemple] selon laquelle la seule préoccupation serait les effets thermiques est maintenant définitivement dépassée scientifiquement. »

http://www.cqlpe.ca/pdf/AvisMedicalContreWiFi.pdf

Dans une lettre de 2012, l’Académie Américaine de Pédiatrie s’inquiète pour la santé des enfants.

« Children are disproportionately affected by environmental exposures, including cell phone radiation. »

Traduction : « Les enfants sont touchés de façon disproportionnée par les expositions environnementales, y compris le rayonnement des téléphones cellulaires. »

https://ehtrust.org/wp-content/uploads/2015/12/aap_support_letter_cell_phone_right_to_know_act.pdf

En 2016, suite à la parution des résultats du National Toxicology Program, l’Académie Américaine de Pédiatrie a resserré les recommandations qu’elle fait aux parents concernant l’usage du téléphone portable par leurs enfants ainsi que par eux-mêmes.

https://ehtrust.org/american-academy-pediatrics-issues-new-recommendations-reduce-exposure-cell-phones/

Dans l’Appel international EMFscientist (2015), 250 scientifiques internationalement reconnus épinglent le danger de l’exposition croissante aux ondes électromagnétiques, en particulier pour les enfants, et demandent à l’ONU et à l’OMS des normes réellement protectrices et une information correcte de la population.

« Ces  découvertes [scientifiques]  justifient  notre  appel,  notre  revendication,  auprès  des  Nations  Unies,  et  de  tous les pays membres dans le monde, afin d’encourager l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à exercer une forte pression pour qu’on développe des recommandations nettement plus protectrices contre les EMF, que l’on prenne des mesures de précaution, et que l’on informe le public des risques  pour  la  santé,  particulièrement  ceux  encourus  par  les  enfants  et  les  fœtus  en développement. »

https://emfscientist.org/

Les signataires de l’Appel de Reykjavik (2017) sont également préoccupés par la santé et le développement des enfants dans les écoles utilisant la technologie sans fil pour l’enseignement. Ils formulent les recommandations suivantes :

  • « Pas de réseaux sans fil dans les pré-maternelles, maternelles et écoles.
  • Une connexion câblée directe est recommandée à chaque classe pour que l’enseignant puisse l’utiliser pendant les cours.
  • Préférer les téléphones filaires pour le personnel dans les pré-maternelles, maternelles et écoles.
  • Préférer la connexion câblée à Internet et les imprimantes dans les écoles et désactiver les paramètres Wi-Fi dans tous les équipements
  • Préférer les ordinateurs portables et les tablettes qui peuvent être connectés par câble à Internet.
  • Les élèves ne devraient pas être autorisés à utiliser les téléphones cellulaires dans les écoles. Ils peuvent les laisser à la maison ou bien l’enseignant les ramasse en mode désactivé avant la première leçon du matin. »

http://www.grappebelgique.be/spip.php?article3121

 Malgré une politique générale de plus en plus pressante vers les « smartschools », le Wi-Fi a été officiellement déconseillé, voire interdit ou retiré, dans certaines écoles en Belgique (Wanzee), en Angleterre, en Allemagne, en Autriche, en Australie, en Nouvelle Zélande, en Suisse, en Italie (Turin), aux USA, en Israël (Haïfa), en France (Hérouville) et dans des universités au Canada (Université de LakeHead et d’Ontario) pour raisons sanitaires.

Voir ci-dessous :

https://www.cellphonetaskforce.org/governments-and-organizations-that-ban-or-warn-against-wireless-technology/

http://safetechforschoolsmaryland.blogspot.com/2015/03/schools-that-choose-to-install-safe.html

En France, la Loi Abeille, votée en 2015, interdit l’utilisation du Wi-Fi dans les crèches. Il existe également un projet de citoyens éveillés à cette problématique : « Ecole Numérique sans ondes Wi-Fi ».

En conclusion

Le principe de précaution n’est actuellement pas appliqué. La santé des enfants et des citoyens en général est menacée par la surexposition chronique aux champs électromagnétiques artificiels de radiofréquences/micro-ondes (smartphones, antennes-relais, Wi-Fi, …) reconnus comme potentiellement cancérogènes pour l’homme et responsables de dommages sur les systèmes biologiques.

Les enfants sont plus sensibles à l’exposition aux ondes électromagnétiques notamment en raison du fait que leurs organes sont immatures et en plein développement, leurs organes sont proportionnellement plus exposés que ceux des adultes, leur taux de division cellulaire est plus important. Il est donc primordial de ne pas les exposer inutilement à ces rayonnements artificiels. De plus, les risques peuvent être accrus en raison des effets cumulatifs d’une exposition chronique prolongée.

Nous préconisons :

  • de minimiser l’exposition des enfants aux rayonnements électromagnétiques d’origine technologique (Wi-Fi, antennes-relais, smartphones et autres objets connectés sans fil à la maison et à l’école) ;
  • l’interdiction du Wi-Fi et des objets connectés dans les crèches, les écoles et les lieux accueillant les enfants ;
  • le recours aux alternatives filaires partout où cela est techniquement possible.

Pour toute information complémentaire concernant cette problématique ou pour accéder à des références scientifiques, merci de consulter notre site internet :

www.Hippocrates-Electrosmog-Appeal.be

Synthèse réalisée par les Drs Vinciane Verly et Magali Koelman

Pour Hippocrates-Electrosmog-Appeal.be

 

Dr Vinciane Verly, médecin généraliste formée en Médecine préventive du nourrisson

Dr Magali Koelman, médecin généraliste, CU Médecine scolaire

Fleeing for safety

 (14/7/19)

On the 16th of June we attended the general assembly for AREHS, an association that became a non profit organization in March 2019. The goal of this organization is to recognize electrohypersensitivity (EHS) as a disease. I, along with my spouse, joined the organization at the end of 2018 once we realized we were suffering from electrohypersensitivity. We immediately sold a house we had just bought and renovated in Namur since we could not live there anymore (there was a cell phone antenna near by and more than 30 WIFI signals entering the house).

We found an interim place in the same region but with several improvements such as the addition of a faraday cage so we could sleep. These, often expensive, improvements help reduce our exposure, but do not solve all the issues (1). We took the next 6 months to travel around Wallonia (within 10000km) to find a place to live. After much research we finally found a place and moved there in May 2019. Since our escape we have noticed a big difference in our  quality of life, despite the costs and all the worries we endured, it was necessary.

To flee effectively, you have to know what you are fleeing from, in other words you have to identify the danger.

We never thought we would be diagnosed with electrohypersensitivity. I never used a cell phone, I turned off the WIFI every night, I never noticed a cell phone antenna in my immediate environment, I did not have a cordless phone or a microwave. I had attended a long seminar back in 2013 and had realized some of the potential dangers of these technologies. I even remember chuckling at a lady in attendance that wore a piece of aluminum under her hat, I thought she was crazy. I had never made the connection between some of the discomforts I was experiencing and the seldom use of some of these technologies (such as bluetooth and WIFI), I thought they were all related to age and poor health. I did not know that antennas were placed under church steeples, that the WIFI and cordless phones from neighbors could seep through the walls and affect us. I associated the increase in heart palpitations to a cardiac problem confirmed by my cardiologist, the sleep troubles to a mattress that was too hard, the muscular pains to the lack of exercise and having a hard time focusing to a stroke. Then one day, I noticed that my spouse, who is younger and in better physical health than me, was complaining more and more of heart palpitations and sleep troubles.

It was getting harder and harder for us to walk around the city, eat out and go grocery shopping. Going on vacation and sleeping in hotels had become out of the question. The enemy was everywhere. Everyone seemed to have a cell phone attached to their wrist. I picked up hundreds of WIFI connections around the city center. Living in the city became impossible for us, so we had to flee. For a long time, I believed that it could not be true, that a country could not agree to use a technology that is so detrimental to our health, that doctors must be informed about the impact this technology has on our health. Unfortunately, I had to come to terms with the situation, our well being would be sacrificed in the name of wireless technology, a new industrial revolution for economic growth.

To Flee, but from whom and where ?

We identified the enemy and got to know it, my training in geobiology helped me a lot. First, we made sure that we got rid of all the radiation that surrounded us but we kept on finding new sources. The laptop that, even though it was connected with a cable, automatically started the WIFI and bluetooth every time we turned it on, the bluetooth in the car, etc. Once we fixed all of that, we started looking at exterior sources of radiation. We learned that some WIFI reach up to 100m from their source, we discovered that Belgium is like a Christmas tree built of cell phone towers with barely any blank spaces. We did lots of research, we fine-tuned the tools that can protect us, and we looked for a possible paradise (after buying a new car because we could not disconnect the bluetooth). We surfed the website « Immoweb » constantly in search of a new place to live in Wallonia, because we wanted to stay in Belgium and are not proficient in Flemmish. We aslo found tools that helped us locate antennas, as well as other tools that helped me measure the electromagnetic pollution of a specific place. After 6 months, we found 4 possible candidates, 3 in the Chimay region and 1 in the Lierneux region. We visited, measured and made offers when our criterias matched the electric, hygiene and overall state of the place. A few times the owners were too greedy or we got there too late. Furthermore, we had to find a place where my spouse could find work as a nurse. Finding a place with all those criteria wasn’t easy, but we also had to plan for possible city expansion and installation of new antennas.

Finally, we found a place and moved. No more heart palpitations, muscular pains and insomnia !

We are isolated at the end of a dead end, at 4km from the closest antenna and at 130 meters from our first neighbor. The area around us is considered « natural », non buildable and surrounded by areas that are « NATURA 2000 ». I would have loved to build a small apartment to temporarily welcome other EHS, but logistically it is not possible. I very much hope that the new techonological developments (5G by satelite, etc.) won’t come to us.

Since living in a healthier environment my overall health has greatly improved.  It seems like the too full glass is starting to empty itself and that my body is able to regenerate itself without having to constantly fight to maintain homeostasis. Admittedly, the first few weeks were hard, the external artificial stimuli were no longer there, but now, I am finally able to concentrate to write, my nights are restful, and my sleep is finally regenerative. On the other hand, my contact with external stimuli has to be short. By going to the city to go grocery shopping, it feels like my symptoms multiply by ten. Our home has become the heart of our lives which we cannot leave for very long.

We want to help the EHS

Our thoughts go to all the EHS and the future ones and we hope that they can find solutions that help them live in better conditions. EHS leads to exclusions from many things as well as incomprehension. Furthermore, we do not all agree on the steps we need to take to become more or less protected. We are working on sharing a maximum of information with the AREHS (information and political awareness) and another group of people with EHS (legal procedures, tools) for them to find practical solutions to better their daily life.

We meet monthly and share our findings from our experiences. From the legal steps that must be taken for EHS to be recognized to the lending of tools to measure and test certain materials. It is also a place for sharing where you can be heard and mourn the past while benefitting from other people’s experiences and advice.

We have decided to focus our energy on helping people suffering from EHS, by sharing with them temporary locations where they can heal some, step back from the invisible enemy and find the energy to fight it better.

My EHS diagnosis, I see it as an opportunity…


…because it allows me to know where the environment is harmful to me. My cells react and I listen to my body which is telling me it is dangerous here. Okay, there are a lot of inconveniences, but it has allowed me to reconnect with my environment, to relearn to listen to my body and to compel myself to a hygiene that is conencted to nature. Sadly, it is not available to all and I am priviledged. Many EHS loose their work, families get divorced due to an incomprehension and like rats in a lab they cannot escape. They are the modern refugee of technology.

We often hear that everything is happening in our head and that our symptoms are psycholigcal in origin. This reasoning tends to isolate the EHS even more, seen as people that do not want the world to grow and progress. Whenever I ask others to turn off their cell phones or turn off their WIFI at night, I get few favorable answers. People that do not feel the danger, think they are safe. That it is not their problem. However, I have been asked lots of questions when one or someone they know is affected.

 

The influence of lobbyists, the states’ advantage and hypnotisation of the masses

Beyond considering people’s physical and emotional well being, this phenomom highlights again the influence of lobbyists and the hypnotisation and manipulation of the masses. I always laugh discretely when I hear a provider say that new products are created because the clients demand them. Who is artificially creating these demands ? Who is putting the rat in the cage ?

Sadly, I don’t have any hopes that wireless technology will be better regulated because they represent current and future financial gains that are more important than we can imagine.  This technology benefits the states by selling licences (recently some were sold for 6 million euros to Germany to the 4 providers). It represents a financial windfall for future manufacturers, all the current phones will become obsolete and need to be replace because they won’t be compatible with 5G, as well as create all the other objects that are connected (scale, fridge, oven, TV, car, landmower, etc.).

I am still in enough control of my destiny to know that I don’t need all the gadgets. I have other things to do than watch TV shows and to play stupid and violent games throughout the day. We are in the middle of making mankind stupid, and what to think of a technology that affects millions just to be able to operate on a sick person « remotely » ?

Listening to your own body and nature

 

To have been diagnosed with EHS, is an opportunity for me to reconnect to my life, to listen to my body and to the nature that gave me life. I am not opposed to accepting the darwinian maxim that says : « adapt or disappear » (2). Neither am I a Don Quixote ready to fight the windmills and to rebel.  It is rare for such a phenomenon to need so much writing, recommendations, study, documentaries and warning. Politicians do not react or if they do it is only reluctantly when elections are approaching. Doctors (although not all of them, like the ones that started « Hippocrates Electrosmog Appeal Belgium ») (3), either send you to see a psychologist or give you Xanax.

I do not know the mechanism created by nature and our physiology to explain how EHS happens. I am just thankful to my body for making me realize how dangerous our environment is. I am not sick, I am just reacting negatively to the ever new and rapidly developed technologies without any precautions.

Chronique d’un EHS, campagne OMS

L’OMS va lancer une campagne d’information contre la désinformation au sujet de la vaccination avec le soutien des autorités de santé locales pour lutter contre la recrudescence des rumeurs anti-vaccinations et la réapparition de certaines maladies. Je n’ai pas de prise de position par rapport aux vaccins en général et au débat sur la nocivité de ces derniers. Je constate à nouveau la similitude avec la problématique des ondes. D’un côté une autorité, l’OMS, dont la crédibilité est remise en doute et de l’autre des scientifiques, des médecins qui tirent la sonnette d’alarme. Où est le vrai, où est le faux ? La situation est cependant préoccupante pour l’OMS au point de devoir lancer cette campagne de réinformation ou de désinformation par rapport à une rumeur.

Dans le domaine qui nous intéresse, j’ai donc reçu le texte définitif de la synthèse préparée par « www.hippocrates electrosmog appeal belgium » et nous allons commencer à le diffuser maintenant que nous connaissons nos ministres responsables. Nous allons avec votre soutien également diffuser auprès des écoles numériques les plus concernées et tâcher de diffuser la « rumeur » puisque cela semble faire bouger les autorités et ouvrir le débat.

D’autre part, j’ai étoffé mon matériel d’analyse et j’ai encore visité différentes personnes hier. Je constate que le DECT des voisins est vraiment une saloperie et qu’aucune législation n’existe à ce sujet. J’étais au garage ce matin pour la remise en état du motorhome et j’ai du appeler l’assureur avec un DECT du garage. Paralysie instantanée de la moitié du visage et sensation de perte du fil des idées. Vaccins+pesticides+perturbateurs endocriniens+ondes=BOUM.

Chronique d’un EHS, la réalité gouvernementale

Nous venons de commémorer l’anniversaire de ce tragique attentat attribué à Ben Laden. Des terroristes ont réussi à prendre le contrôle d’avions avec un cutter et à précipiter des avions sur des tours symboles de la toute puissance d’une Puissance. Rapports de scientifiques, de pilotes, d’experts en démolition, rien n’a pu faire fléchir d’un pouce la version officielle. Merde, je suis à nouveau versé dans les thèses complotistes assimilées automatiquement aux négationnistes. Je vais encore me faire censurer. Tant pis, j’ai regardé attentivement hier le film de ARTE, « Propagande ». Je ne sais pas si c’est ma longue formation en hypnose et mon intérêt pour l’hypnose de masse, mais je ne peux m’empêcher de faire un rapprochement entre le bourrage de crâne consécutif à cet attentat et la négation systématique de la problématique des ondes. On est toujours dans le « circuler, il n’y a rien à voir ». La vérité gouvernementale est indiscutable. Cette vérité est parfois imposée par la force ou la contrainte dans certains états mais pas en démocratie où là, elle s’impose par la subtilité de la manipulation et le détournement volontaire des vérités.

On traite l’EHS de cinglé car il a le malheur de ne pas se comporter dans sa chaire comme prescrit par les normes. L’avis officiel semble toujours prévaloir sur la réalité scientifique. Je crois que Bernays disait que pour combattre la propagande, il faut encore plus de propagande. Non, les tours ne se sont pas écroulées par l’opération du saint esprit, non les ondes électromagnétiques pulsées ne sont pas conformes à la vie. En plus des effets dévastateurs sur notre corps, ces gadgets sont occupés à nous crétiniser plus de jour en jour. Nos enfants voient leur QI baisser et nous devenons des automates de la consommation en réalisant notre rêve ultime : « faire faire sur un simple mot les tâches routinières par des machines esclaves ». En France, vous semblez accorder une importance démesurée à la carte Vitale, mais sachez que demain tout sera régi par votre puce implantée à la naissance avec les vaccins obligatoires. Les rêves de nos gouvernants ne s’arrêtent pas à la réalité d’aujourd’hui, ils on déjà créé les réalités de demain banalisées par les séries TV. Jules Verne et Barjavel (voir son livre « Ravage ») sont de pâles précurseurs de notre monde actuel. je n’ose imaginer le monde de demain pour nos enfants abreuvés de WIFI dans les écoles et déconnectés des réalités de base de la vie.