CHRONIQUE D’UN EHS, LIEU DE VIE POUR UN EHS

lieu de vie

C’est quoi un lieu de vie pour un EHS ? C’est un endroit ou il peut se promener librement sans se couvrir dans des vêtements de protection onéreux et inesthétiques. C’est un endroit où il peut décider de rester dans une pièce et vaquer à ses occupations sans devoir se cacher derrière des tentures et des murs blindés. C’est une chambre où il peut passer une nuit paisible et récupérer pendant son sommeil. C’est un endroit où il y a encore de la vie en dehors, des insectes, des oiseaux et des arbres. Les poules courent librement dans la pelouse et le chat a un immense espace de chasse avec des arbres pour grimper. Je peux prendre mes appareils de mesure et il ne se passe rien, pas de chiffres sur le cadran, pas de bruit, aurais-je oublié de changer les piles ? Le seul bruit est le ruissellement d’un ruisseau au fond du jardin et le chant des oiseaux.

L’endroit est loin de tout et difficile à trouver. Il comporte aussi son lot d’inconvénients de par son éloignement. L’eau provient d’une source qui se tarit avec la sécheresse pendant l’été et il faut redécouvrir la frugalité dans sa consommation et se rappeler que c’est un bien précieux. L’entretien du site nécessite beaucoup de temps compte tenu de la croissance rapide de la végétation. Il faut se constituer des réserves de bois pour l’hiver et faire la chasse aux taupes qui prennent votre gazon comme terrain de golf en faisant une multitude de trous. Les coupures de courant sont fréquentes et notre seul contact avec le monde extérieur en journée se fait via internet et un réseau câblé. Ce matin, panne de courant, pas de lumière si ce n’est des bougies et pas d’eau pour se laver car on dépend d’une pompe électrique, pas de chauffage si ce n’est un feu de bois, pas de gsm pour prévenir la compagnie d’électricité et pas de ligne téléphonique car la box ne fonctionne pas. On se croirait revenu 50 ans en arrière mais on n’est pas malheureux.

Ce sera notre premier hiver dans cette maison et le climat est plutôt rude dans cette région. Nous avons déjà eu une bonne gelée début septembre qui a grillé nos plans de tomate. On calfeutre, on se protège du froid, on rajoute un pull. Ces difficultés là on peut les surmonter car l’humain les connait depuis son arrivée sur terre.

Mais les ondes, il n’y peut rien. C’est nouveau, ce n’est pas naturel.

 

Je n’ai rien demandé

expérience WIFI

J’en ai marre de ces technologies que l’on vous impose sans demander votre avis. J’ai reçu ce mail ce matin de mon opérateur internet qui m’avertit avoir procédé à une mise à jour de ma box. Cette mise à jour rend mon WIFI intelligent. Les seuls êtres intelligents dans cette maison sont mon épouse, le chat et un peu moi. Je m’énerve un peu car lors d’une escapade à Reims pour visiter la cathédrale, nous avons bu un café dans un bar et que voulant payer avec de l’argent liquide, on m’a demandé une carte. J’ai alors appris que ma carte permettait de payer sans contact, même plus de code à taper. Je ne trouve pas cela merveilleux et je suis triste de constater qu’un billet ne vaut plus comme moyen de paiement.

J’ai également lu qu’un autre opérateur belge avait des problèmes avec ses box et risquait des problèmes de piratage. Nous ouvrons la porte toute grande à tous les abus possibles et il y aura toujours un génie plus génial que le génie initial pour contourner les sécurités.

Le WIFI est désactivé chez moi et je vérifie toutes les semaines qu’il n’y a pas d’émissions de hautes fréquences. Nous avons la chance de vivre dans un lieu sans pollution électromagnétique, sans pollution lumineuse et sans bruit. Je bénis chaque jour cette opportunité.

Mon projet de construction pour mettre un lieu de vie permanent à disposition avance au rythme des processus administratifs et c’est long et paradoxal à une époque ou tout doit aller plus vite avec le sans fil.

Nous reprenons les accueils temporaires à partir de début février, l’objectif est simple : permettre à des EHS d’évoluer quelques nuits dans un environnement sain pour un peu récupérer et permettre de prendre des décisions de vie réfléchies. Restez vigilants.

Images à l’appui

images à l'appui

RTL TVI a diffusé lundi 13 janvier l’émission enregistrée en aout 2019 concernant l’implantation d’une antenne Telenet sur le terrain de l’école de Bellevue à Dinant.
L’opérateur a été débouté mais il revient à la charge. Le collectif citoyen est prêt à aller devant le Conseil d’état pour faire valoir ses revendications.

Les arguments sanitaires ont joué un rôle très faible dans ce dossier si ce n’est au niveau de la prise de conscience des riverains. Pour le reste, opérateur et administration se réfugient toujours derrière les normes de l’ICNIRP. Rappelons que ces normes établies par des ingénieurs à la solde des lobbys, sont censées nous protéger avec des marges de sécurité impressionnantes (50 fois pour les particuliers, si mes souvenirs sont bons).

Pour rappel, cette école possède déjà 3 antennes sur le toit de l’internat et fait partie du projet d’école numérique avec du WIFI dans les classes. J’avais déjà pu relever à l’entrée de l’école des valeurs de plus de 6V/m mais les rapports de l’ISSEP (organisme officiel qui délivre les permis et vérifie l’application de la norme relève des valeurs inférieures à 3V/m par antenne). A nouveau, bien que nos valeurs semblent très faibles en Wallonie par rapport à d’autres régions d’Europe, l’interprétation des résultats reste très subtile et nuancée par : valeur par antenne. Cette norme bloque pourtant les opérateurs dans le cadre du développement de la 5G sur notre territoire et il faut s’attendre à de nouveaux tours de passe-passe pour la contourner.

Je fais une brève apparition dans ce reportage et je souligne l’effet cumulatif de ces technologies. Croisons les doigts et apportons notre soutien à ce collectif.

Voitures connectées

voiture connectée

Vous êtes de plus en plus nombreux à se poser la question de quel véhicule pour demain. Dans un monde où le transport en commun est maintenant interdit aux EHS pour l’impossibilité de voyager avec des milliers de smartphones, la question de la mobilité se pose réellement pour le futur. Le salon de l’auto en Belgique vient d’ouvrir ses portes. Tous les constructeurs nous vantent les mérites de leurs bolides hyperconnectés. On n’achète plus 4 roues et un volant, on achète un smartphone sur roues. Il faut littéralement se battre avec les vendeurs pour avoir des informations sur les technologies embarquées et les moyens de les déconnecter. Le GPS ne me pose pas de problème à priori, par contre les connections bluetooth actives en permanence et autres connections sont plus dérangeantes pour un EHS. Il faudra bientôt se tourner vers des modèles bas de gamme avec des pédales comme les cuistax à la mer du nord.

Nous avons choisi de vivre en zone rurale pour échapper aux ondes mais nous avons quand même besoin de faire des courses de temps en temps. C’est déjà une épreuve très pénible mais gérable. On pourrait se reconvertir au vélo ou à la moto (non connectée) mais les conditions atmosphériques n’ont pas été des plus propices ces derniers mois (la pluie arrête les ondes millimétriques, on ne se plaint donc pas).

On pourrait aussi se faire livrer à domicile des plats préparés mais on n’a pas de micro-onde pour les réchauffer. On pourrait également se remettre à la chasse dans les forêts avoisinantes, le sanglier abonde. Les idées ne manquent pas.

Les voitures électriques arrivent, je ne sais pas si elles sont compatibles avec les EHS mais comme elles sont hyperconnectées cela m’étonnerait. Les éclairages vont également être adaptés pour améliorer les connections et les bus électriques du futur se rechargeront sans contact. Je commence tout doucement à être antiprogressiste.

tout ça pour ça

call of duty

Je suis allé chez mes locataires hier pour mettre au point divers détails avant leur départ. Je n’avais plus mis les pieds dans cet appartement depuis plus de 2 ans. Ils ont 4 enfants et autant de télévision. Quand je suis arrivé, le père était occupé à jouer dans le salon sur une tv dédiée aux jeux, l’autre était allumée juste à côté pour madame. Box wifi, manettes de jeu, téléphone sans fil et GSM sont les objets que j’ai pu repérer dès mon entrée. Les enfants se plaignent un peu de ne pas avoir de réseau dans la dernière pièce de l’habitation. C’est un peu de ma faute, en isolant, j’en avais fait une cage de faraday. Le fils joue en ligne dans la salle de jeu au même jeu de guerre. Coca et friandises sont disponibles à profusion.

C’est pour ça qu’on développe la 5G et qu’on multiplie la technologie sans fil. Déboire d’adrénaline et de sucre sans risquer sa vie. Le plaisir de dégommer des ennemis et avoir l’impression d’être le maître du monde. Je ne suis pas resté longtemps, juste le temps de prendre les photos et de faire le tour avec l’agent immobilier.

J’ai vaguement abordé le sujet des ondes en voyant tous les gosses avec leur GSM et les parents m’ont répondu qu’ils savaient mais que c’était obligatoire pour que les enfants ne soient pas la risée de leurs camarades à l’école. Je ne me bats plus, j’ai affaire à plus fort que moi.

Je suis ensuite parti dire bonjour à de la famille dans la région. Le temps était frais mais il ne pleuvait pas. La maison était vide, les enfants travaillaient dehors avec leur père à couper du bois. Ils avaient les joues rouges et respiraient la santé. Ils sont rentrés dans la maison et le premier réflexe de la fille aînée a été d’aller vérifier que la WIFI était bien coupée pour nous. J’ai encore de l’espoir.

La 5G allégée

light

L’information est à vérifier mais les 5G installées pour le moment seraient des produits allégés car utilisant encore des fréquences des générations précédentes. Nous n’avons donc pas encore à faire à des ondes millimétriques, simplement les technologies de la 5G sont mises en place au fur et à mesure (beamforming, MIMO, full duplex, …) pour être prêtes dès que les licences seront accordées et que les smartphones seront commercialisés.

« En effet, selon un nouveau rapport publié par les analystes de Susquehanna, les premiers iPhone 5G seraient un premier essai, une introduction qui ne serait compatible qu’avec la version « light » de la 5G. Fort heureusement, à l’heure actuelle, les pays qui disposent déjà d’un tel réseau surfent en réalité sur cette version allégée de la 5G.
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plupart des pays qui se vantent d’avoir la 5G disposent en réalité d’améliorations réseaux basées sur les infrastructures 4G. On parle ainsi de 4G améliorée. Le réseau 5G à proprement parler n’est disponible que dans des zones très limitées.
Il n’est donc pas forcément nécessaire pour Apple de délivrer des iPhone compatibles avec le réseau 5G pleine puissance. La Pomme pourrait donc opter pour un lancement en deux étapes de ses iPhone 5G.
C’est pourquoi Apple opterait pour des premiers iPhone 5G light. Ceux-ci seraient commercialisés en 2020. Il faudra attendre le premier trimestre 2021 pour voir apparaître des iPhone compatibles avec le véritable réseau 5G. On parle alors de smartphones compatibles mmWave puisqu’ils pourront surfer sur les ondes millimétriques, caractéristiques de la 5G » (Le Soir, Par Jennifer Mertens 

J’en déduis que nous sommes dans une course à effets de manche mais que dans la réalité pas grand chose ne fonctionne déjà réellement. Nous vivons toujours dans un monde d’illusoire et de rêves. Je ne nie pas l’arrivée imminente de la 5G mais en réalité les promesses auront beaucoup de mal à être tenues. Nous devons continuer maintenant à mettre un maximum d’entraves à ce développement aveugle sans oublier les technologies existantes qui nous pourrissent chaque jour l’existence. Je le répète à nouveau : « pas de GSM, pas d’antennes ». On peut tout à fait vivre sans cette technologie. c’est une simple organisation de son temps et de sa façon de vivre l’instant. Rien ne justifie l’urgence d’une réponse immédiate pour la majorité des gens.

La patate connectée

patate

Le CES 2020, rencontre des plus hautes technologies se déroule pour le moment à LAS VEGAS. France et Belgique ont envoyés de nombreuses startups pour exposer nos plus récentes découvertes dans le domaine afin de rechercher des opportunités de financement et de commercialisation. Les inventions sont habituellement orientées écrans de TV géants ou repliables, enceintes connectées et voitures autonomes. Un exposant présente quand même ce qui sera certainement la souris du futur dirigée par la seule pensée grâce à un bandeau sur la tête bourré de technologie. Le monde de demain sera certainement fantastique pour tous ces grands enfants.

Un chercheur français se fait remarquer en présentant la patate intelligente connectée en bluetooth à une application smartphone. La patate est un tubercule à haut potentiel, d’où l’expression : avoir la patate. Après avoir été un aliment quasi incontournable de nos civilisations, nous allons enfin savoir ce que pense une patate. On avait déjà Monsieur patate de Toy story qui avait quelques états d’âmes et là on passe à la vitesse supérieure. On va enfin savoir comment la patate vit sa condition et comment elle veut être dégustée, en chemise, en purée ou en frite. La frite c’est plus pour la patate 5G découpée un plusieurs antennes pour se connecter en MIMO.

En dehors de cette invention géniale, peu de nouveautés sur le front de la 5G en dehors de quelques smartphones chinois annoncés à moins de 500 €.

Je vais essayer avec une courgette et un potiron avant de les envoyer à la soupe populaire.

Allumeur de sourires

lanterne

Comme je j’écrivais précédemment, les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent, bruits de botte, manifestations, grèves, catastrophes, crimes, … sont devenus notre lot quotidien d’informations.

Le lieu de vie pour les EHS où nous habitons, est un peu situé hors du temps grâce à son isolement. Mais c’est aussi un lieu de rencontre où il me plaît d’allumer des sourires. La tente de protection est revenue hier gorgée de rêves et de nuits réparatrices. Nous avons profité de son retour pour aller se balader avec sa dernière occupante. Une simple promenade d’une heure dans la campagne environnante en l’absence de bruit et de pollution. Les visages étaient trop étroits pour afficher les sourires qui illuminaient les yeux. Ces rencontres, ces échanges, ces partages font maintenant partie de mon quotidien et m’enrichissent chaque jour de confiance en l’être humain.

La tente repart cette semaine pour 2 nouvelles destinations jusqu’à la fin du mois. Cette tente aura en quelques mois déjà parcouru une bonne partie de la Wallonie. J’espère qu’elle continuera à voyager pour aider les EHS.

Allumer des lanternes autour de nous, refaire briller des yeux et refaire sourire les visages, c’est certainement ce qui nous permettra de sortir de notre grisaille quotidienne et de rendre notre environnement meilleur. Moi, j’y crois.

Le doute

doute

J’avais déjà rédigé une chronique sur le doute comme arme utilisée par l’industrie pour décrédibiliser les arguments sanitaires. J’avais évoqué la possibilité d’utiliser la même technique pour lutter contre ces technologies. Un article paru ce jour sur les problèmes techniques de la 5G en cas de pluie me fait bien sourire. C’est une bonne nouvelle pour les belges. Sans gouvernement pour accorder les licences et avec la météo des derniers mois, on a quand même peu de chance de bénéficier un jour de cette technologie révolutionnaire qui est arrêtée par quelque gouttes de pluie. Les pessimistes répliqueront que cela va augmenter le nombre d’antennes et les puissances, les optimistes diront que si c’est pas sérieux au niveau technique ce n’est pas sérieux non plus au niveau sanitaire. Le doute est là.

Le problème du doute est qu’il a tendance à s’insinuer dans tous nos raisonnements. J’en viens à douter de l’existence d’un Dieu, d’une vie au paradis, aux bienfaits des vaccins et même à l’utilité de notre médecine. Le doute est partout, je ne sais plus qui croire et si je mets en doute les attentats contre les deux tours (WTC pas le seigneur des anneaux) je suis qualifié de complotiste.

J’ai sincèrement des doutes sur la mise en place effective de la 5G de mon vivant mais en attendant 4G, WIFI, bluetooth, etc…, continuent à proliférer et à nous pourrir la vie. Vos réactions, vos témoignages, vos commentaires sont autant de certitudes qui ne laissent plus aucune place à mes doutes éventuels sur la nocivité de ces technologies et aux effets désastreux qu’elle aura sur les générations futures. J’ai quand même des doutes sur l’existence encore possible de générations futures. On ne se refait pas.

Déploiement

déploiement

Ce matin, je me suis réveillé avec un dicton sur les lèvres après une nuit agitée. « Hier, est mort pour toujours, demain est à naître et aujourd’hui, j’agis ». Je ne sais pas de qui est ce dicton et dans ce cas on l’attribue généralement à Confusius.

J’ai trouvé ce tableau relatif au déploiement obligatoire imposé aux opérateurs en France. Je vois que 2,7 % ne sera pas couvert pour fin 2030 dans la bande des 700MHZ. On va dire que c’est une bonne nouvelle et une autre façon de voir les choses. J’ai lu d’autre part que la pluie risque de perturber fortement la 5 G dans les fréquences très élevées et que dans un premier temps, ils vont plutôt utiliser des fréquences en-dessous des 5GHZ qui sont moins perturbées par la météo et le paysage. Qui dit fréquence moins élevée dit aussi moins de capacité, moins de vitesse et plus de latence. D’autre part, je note également le manque de publicité des fabricants sur les appareils de demain. On a des promesses, des projections, des chiffres de performance mais on ne voit pas les appareils et leurs coûts de commercialisation. Il y a quelque chose qui cloche. Quand je vois le temps nécessaire au déploiement de la 4G, je n’ose imaginer le temps qu’il faudra pour mettre en place une technologie 5G réellement performante.

Bref, il y a un hiatus entre le discours optimiste et la réalité du terrain chez nous. Certes, il y a des villes pilotes et des régions ou pays plus avancés mais on a peu de retour sur les performances réelles et pas un mot sur les inconvénients sanitaires et techniques. J’ai un peu l’impression qu’on nous vend du vent pour se donner le temps de renforcer et de rentabiliser la technologie existante.

« hier est mort », nous ne reviendrons pas en arrière, la nostalgie ne sert à rien.

« Demain est à naître », rien n’est défini d’avance et tout peut changer, optimisme.

« aujourd’hui, j’agis », je me bouge pour aider les autres et informer.

Rappel de nos activités

compo image tente

La tente revient de son périple le 5 janvier et elle sera à nouveau disponible à partir du 6 janvier. Les échos sont très positifs et elle a permis aux personnes qui l’ont empruntées de passer à nouveau quelques bonnes nuits récupératrices. Je rappelle le principe, elle est mise à disposition gratuitement pour une semaine, elle représente une surface au sol de 2m sur 1,2m. Elle est fournie avec un tapis de sol et une mise à la terre. Je prête également un acoustimètre pour vérifier son étanchéité aux ondes et son efficacité. Si vous êtes intéressés, envoyez-moi un mail à guy.lerat@proximus.be. Je ne livre pas, il faut venir jusque chez moi la chercher et la rapporter. C’est l’occasion d’échanger et de découvrir notre lieu de vie pour EHS.

Notre deuxième activité est l’accueil pour quelques nuits. Normalement celui-ci se fait dans un motorhome sur notre terrain avec accès à une sdb et aux commodités de la maison. Nous partageons les repas et nous échangeons nos connaissances sur le sujet. Ce n’est pas une solution miracle mais elle permet également de récupérer dans un lieu sain pour quelques nuits.

La future troisième activité sera un logement de plus longue durée sur un terrain que nous venons d’acquérir, le projet prendra malheureusement quelques mois et nous vous tiendrons informé de l’évolution et des capacités d’accueil futures.

Pour ma part, je continuerai à donner des conférences à la demande et à diffuser un maximum d’infos à travers mes écrits. Mon vague à l’âme est fini et j’ai repris le collier pour proposer des solutions concrètes à une évolution technologique inéluctable.