Chronique d’un EHS, la fabrique du consentement

Je suis d’un naturel optimiste, mais là, je crois que le combat est perdu d’avance. Vos réactions et l’immobilisme par rapport à certains de mes articles me laissent penser que de toute façon le combat est perdu d’avance. Vous refusez un linky, victoire, mais ils s’en foutent, électrosensible ou pas, législation ou pas, il suffit d’un linky dans un quartier pour que tout le quartier ou l’immeuble soit impacté. On nous laisse des broutilles pour occuper le bon peuple. Chacun expose ses griefs et ses maux mais personne n’écoute, la machine est déjà en marche et largement implantée dans nos habitudes de consommation. Les parents ont démissionnés, les technologies sont partout présentes et personne ne semble s’en soucier, les jeunes sont totalement imprégnés par ces technologies qui font partie de leur quotidien et de leurs modes de communication.

Franchement, à force d’exposer nos petits bobos, nous attendons quoi ? de la compréhension, un retour en arrière, une zone blanche hypothétique ? Tout a déjà été planifié par la fabrique du consentement tacite (Edward Bernays, propaganda). Même les plus éminents scientifiques n’arrivent pas à changer la donne, plus personne n’écoute, c’est la fuite en avant, vers une technologie d’un monde meilleur qui va solutionner tous nos problèmes actuels au seul bénéfice de multinationales dont nous sommes les actionnaires.

Et cependant, il existera toujours des petits villages d’irréductibles gaulois avec leur potion magique « la solidarité ». Nous vivons en dehors du monde et nous nous faisons le plus discret possible pour échapper à ce formatage sanglant de nos disques durs. Nous résistons avec nos trucs, mais nous devons passer à l’offensive avant l’arrivée de cette 5 G promise comme l’Armaguédon de nos civilisations futures. Arrêtons de nous plaindre et voyons comment, nous pauvres citoyens sans ressources, nous pouvons nous unir pour éviter cette catastrophe planétaire. Je peux me tromper, mais des initiatives locales sont encore la meilleure réponse pour diffuser une autre information que la crème étalée à longueur de discours et de publicités mensongères. reprenez votre destin en main tant qu’il reste encore un espoir. Le temps nous est compté.

Chronique d’un EHS, les enfants sages

Dimanche, nous avons été au restaurant avec des amis qui quittent la Belgique pour l’Espagne. Le restaurant était complet avec une clientèle d’un certain âge. Pas de Wifi et pas de GSM sauf un jeune couple avec 2 enfants entre 4 et 8 ans. Ils étaient assis en face de moi. habituellement deux jeunes gamins de cet âge, c’est un peu turbulent et cela met de l’animation pour les autres tables. Hier, rien de tout ça. Ils ont passé l’heure de table penchés l’un sur une tablette, l’autre, le plus jeune sur le smatphone de sa mère. L’ainé avait un casque bluetooth connecté à sa tablette et le plus jeune un casque avec fil connecté au gsm.  Quand les assiettes sont arrivées, ils ont continué à manger. le père les yeux rivés dans son assiette et la mère essayant de récupérer son GSM, tentative vite avortée vu la désapprobation du plus petit.

Le repas des parents a continué dans le même silence tranquille et nous avons tous pu manger sereinement. Merci la technologie.

En dehors de l’effet nocivité des ondes pour des jeunes, je suis abasourdi par l’absence de dialogue et le prix que les parents sont prêts à payer pour avoir quelques instants de quiétude. La démission éducationnelle est impressionnante servie par la technologie. C’est le progrès et ce ne sont pas mes affaires. Je tiens à préciser que les enfants n’ont rien manger et que les assiettes sont retournées en cuisine. Il ne faut pas traumatiser nos jeunes générations et les laisser s’épanouir avec des jeux éducationnels à tout moment de la journée pour en faire des futurs pros du numérique.