Chronique d’un EHS, le miracle

Un tensiomètre buetooth, comment n’y avais-je pas pensé. C’est vraiment pas une bonne idée sans doute. J’ai récupéré de ma fièvre et de mes tremblements et j’ai été chez le médecin pour un petit contrôle. Pour la fièvre, mon épouse m’a littéralement embaumé pendant toute la journée avec des huiles essentielles et la doctoresse a pu constater que cette poussée de température avait complètement disparu. Mais où est le miracle ? Je souffre depuis des années d’une hypertension très sévère que les différents traitements et plusieurs hospitalisations n’ont pas réussi à endiguer. Et aujourd’hui, après 4 mois dans notre refuge, la doctoresse n’en croyait pas ses yeux. Ma tension avait nettement régressé. Elle est toujours élevée mais mes risques d’AVC s »éloignent. C’est vrai, je n’ai plus de palpitations et de douleurs dans la nuque (même si cette maladie est invisible). Notre fuite en Egypte et mon refuge m’ont permis de ramener ma problématique a des normes plus acceptables. Rassurez-vous, je ne vis pas dans une pyramide mais dans une sorte d’Eden. Alors définitivement un tensiomètre en bluetooth, ce n’est pas une bonne idée.

Deuxième miracle, j’ai remis à la doctoresse l’appel des médecins belges (Hippocrate electrosmog appeal) et j’ai eu son écoute. Elle m’a confirmé n’avoir eu aucune formation à ce sujet et pourtant elle est récemment sortie de l’école. Elle en parle à sa collègue au vu de mon examen et des résultats de la prise de tension.

Donc après une journée de M…, j’ai eu droit à une journée de bonnes nouvelles personnelles. On peut y rajouter la confirmation du bon accueil reçu par la délégation dinantaise au collège communal. J’attends de bonnes nouvelles.

Les artifices que l’on met en place aident notre corps a moins subir mais à mon sens ne lui laisse pas l’opportunité de récupérer et de rééquilibrer son homéostasie. Je sais combien il est difficile de dénicher des zones blanches mais sur base de cartes il est toujours possible de trouver des endroits moins exposés. J’ai lu que certains voulaient aller s’établir en Espagne ou dans le sud de la France mais hélas l’herbe n’y est pas plus verte. J’ai un couple d’ami qui part s’établir dans la région d’Alicante, là avec la chaleur, les antennes poussent comme des champignons pour le plus grand plaisir des populations locales. Heureusement pour eux, ils ne sont pas encore EHS.

Trouver des cabinets médicaux protégés des ondes est aussi une mission impossible et ce srait une véritable révolution médicale si les paradigmes changeaient à ce niveau. Pourtant à mon sens, hypertension essentielle (voir idiopathique) et les troubles du rythme gagneraient en explications.

Chronique d’un EHS, quand ça veut pas, ça veut pas

Il y a des jours comme ça, ou on ferait mieux de rester au lit. Tout a commencé avec ma chronique journalière « la fuite en Egypte » censurée par facebook au moment où j’ai voulu la patager avec « coeur d’EHS ». Ca m’a profondément choqué car cette chronique n’était pas à caractère pornographique et se basait sur un évènement biblique avec, il est vrai un vocabulaire parfois difficile qu’il ne faut pas utiliser sur facebook. La journée a continué avec un abcès dentaire et de fortes fièvres qui m’ont cloué au lit. Impossible de bouger et de tenir mes promesses quant à la participation au droit de parole à Dinant du collectif de citoyen devant les autorités communales.

J’ai rarement vu un collectif aussi déterminé et utilisant tous les recours légaux pour faire entendre sa voix. Nous n’avons pas encore eu de réaction du pouvoir organisateur du Collège et on continue à maintenir la pression. Une émission consacrée au problème de cette antenne devrait passer fin septembre sur RTL TVI dans « c’est vous qui le dites ».

La journée s’est clôturée par un appel de l’opérateur TELENET (ironie du sort, celui contre lequel je me bats) en anglais pour me vendre leurs produits. Bref, il valait mieux tirer un trait sur cette journée.

Je regrette sincèrement la censure de facebook, mais elle nous rappelle que nous avons à faire à des machines avec des algorithmes et que les subtilités de langage ne font pas encore partie de ces technologies. C’est un  peu comme le tableau « l’Origine du monde » de Courbet. Je vais donc dorénavant adapter mon langage.

Cet article « la fuite en Egypte » me tient à coeur car il est très évocateur de ce qui se met en place doucement pour assujettir une partie de la population dès le plus jeûne âge. La technologie proposée est à la pointe du raffinement en ce qui concerne l’exposition aux ondes. Ce qui est le plus impensable, c’est que cela se fait sans aucune précaution ou étude préalable. D’autres pays ont pris des mesures pour interdire le WIFI dans les écoles mais l’information ne dépasse jamais les frontières sauf pour les normes dictées par l’ICNIRP. Je ne suis pas complotiste mais je vais finir par espérer que tout cela est bien l’oeuvre d’un complot car sinon je serais obligé de m’indigner de la bêtise humaine. Demain, ces gosses, baignés par le WIFI scolaire, les antennes sur les écoles, les tablettes, les GSM, la 5G, le linky, etc…, vont devenir de parfaits petits crétins lobotomisés. A l’image du collectif de Wespin, nous devons continuer à lutter contre cette prise en otage de nos générations futures. (j’espère que le mot lutter n’est pas considéré comme un appel à la violence par facebook)