Les choses se mettent en place

C’est une belle petite saloperie qui s’était glissée sournoisement dans le motor-home. Je ne comprenais pas la source du malaise qui me prenait autour et à l’intérieur du véhicule sensé me protéger. Muni de l’acoustimètre AM 10, j’ai pu identifier et localiser la source de mon ressenti. J’ai coupé deux fils et hop l’affaire était dans le sac. La bêbête qui émettait en permanence à 2.4 Ghz était neutralisée et le calme est revenu comme par enchantement.

Doucement, lentement, à force de pousser, les choses bougent. J’ai confirmé ma participation à une conférence à Dinant sur la nocivité de l’environnement électromagnétique qui nous entoure. Les outils s’affinent et le tissu de relation s’étoffe de jour en jour. Ma rencontre fortuite avec l’administrateur de Teslabel s’avère être une belle rencontre (saint chronicité quand tu nous tiens) qui semble se transformer en collaboration. Je commence à maîtriser les différents outils et à les utiliser correctement. « Oui, Guy, il faut parfois lire un mode d’emploi ». J’ai ressorti mes cours de géobiologie et je me suis replongé dans les formules et unités de mesure, pfff quel bordel. Je préfère, comme beaucoup d’entre nous sans doute, l’intuitif. Mais je suis Ingénieur et un peu de rationnel ne peut pas me faire de tord.

Moi, qui avait peur de m’ennuyer dans mon trou perdu, je n’ai jamais eu autant de contact et d’échange avec le monde extérieur et tout cela sans GSM. Je reste toujours étonné des EHS qui me contacte avec leur I-phone ou smartphone. Ils font comment pour supporter ? Mon EHS, je la vis comme une abstinence complète. Je peux maintenant sortir et faire mes courses sans mon slip en Kevlar ou en mu-métal. La non-exposition totale pour dormir et un environnement sain pour vivre durant la journée sont vraiment mes sources de bien-être. Je le répète, je ne suis pas malade, mon corps réagit sainement à un environnement devenu agressif. Il le fait savoir et je l’écoute. Pas de régime ou de gris-gris, la réaction de l’organisme est logique et j’ai abandonné depuis longtemps le rêve de la pilule bleue miracle.

Mon mode de vie est sans aucun doute en rupture avec les contraintes de la vie active et moderne mais c’est aussi un choix personnel que j’assume et que je suis prêt à partager. J’ai dans l’idée, suite à un poste d’une correspondante, d’organiser une journée porte ouverte pour permettre aux EHS de savourer un endroit sans ondes. Je dois encore trouver une date en aout et formaliser la chose d’un point de vue pratique.

Dans l’immédiat, je vais me consacrer à la conférence de sensibilisation à Dinant qui sera peut-être le début d’une nouvelle activité non-lucrative. Wendy de Hemptinne, l’association arehs sont déjà débordés en demandes, ce serait peut-être l’occasion de sensibiliser plus de monde à la problématique. Le HIC, c’est de pouvoir tenir une soirée dans un environnement hostile entre des antennes, du WIFI et des GSM. Heureusement après, j’ai mon refuge.