Les pieds dans le plat

Je ne suis pas malade à cause de l’électrosensibilité. J’entends déjà les huées de contestation. Je m’explique, mes problèmes de santé étaient largement antérieurs à l’apparition de ces technologies, à la naissance mes parents voulaient m’appeler Patrick, le médecin a répondu que ce n’était pas possible car j’avais l’air trop patraque. Je veux donc dire que l’environnement électromagnétique a été la goute qui a fait déborder le vase d’un état général déjà fort altéré à la naissance et dégradé par l’environnement. Je suis devenu, comme le dit le Docteur Milbert, une sentinelle de l’environnement. J’aurais pu faire mon malade imaginaire, non j’ai préféré des pathologies réelles et lourdes.

Nous vivons tous dans un état de stress permanent et la moindre perturbation de notre environnement vient altérer l’équilibre précaire que nous avons réussi à construire à force d’essais, erreurs.

L’EHS n’est pas un sac fourre-tout de toutes les pathologies existantes, c’est un réel révélateur de nos différentes difficultés, l’expression de notre mal-être général de ce monde déshumanisé. Cela explique sans doute la multitude et la variété des symptômes annoncés par les personnes touchées. Le côté non-psychologique de cette pathologie générale s’explique par les effets incontestables sur les animaux et les plantes. Ce n’est plus à prouver.

Une grosse majorité des individus, utilisateurs assidus, de cette technologie ne font pas le rapprochement avec certains de leurs problèmes. De plus, la faiblesse, la lenteur, la maladie sont des termes à bannir de notre société performante et chacun se dope avec des succédanés d’adrénaline pour continuer à être au top. Ils ne sentent même plus que mettre sa main dans le feu ça brûle.

Que ce soit l’air que l’on respire, la nourriture industrielle que l’on ingurgite ou le rythme infernal auquel on vit, rien n’est fait pour maintenir le corps en bon état et le mental suit. Puis, un jour, c’est la fameuse goutte en trop et l’individu est complètement désemparé, perdu. Il va chercher, et c’est humain, des explications, des justificatifs. Il va consulter, avoir l’impression de ne pas être compris, entendu. Il va se gaver de suppléments alimentaires, changer son mode d’alimentation faire plus de sport et tenter par tous les moyens de conserver son rythme de vie performant.

Rien n’y fait et la chute est d’autant plus importante et douloureuse. C’est un monde qui s’effondre, des familles qui se décomposent et souvent une vie de nomade qui commence.

Vous qui êtes passé par là et qui à force d’essais, erreurs, avez pu mettre en place des solutions, c’est à vous que je m’adresse pour pouvoir former cette chaine de solidarité qui fait de nous plus que des sentinelles. Vous disposez d’appareils, de protections, de lieux réputés comme sains, faîtes vous connaître et regroupez-vous dans vos associations locales pour mettre en place cette solidarité. J’ai parfois l’impression d’être un peu seul dans cette démarche et pourtant, pour être passé par là, j’aurais aimé avoir à l’époque un soutien pour ne pas devoir commettre toutes les erreurs de parcourt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s