Hypnose de spectacle, avis du Dr Benhaiem

Dans une conférence, le Dr Benhaiem présente l’hypnose et son utilisation en tant que médecin. Il a écrit un livre avec François Roustang et forme des médecins à la pratique médicale de l’hypnose. Il aborde de nombreux sujets durant cette conférence et répond à des questions. Une de ces questions porte notamment sur l’hypnose de spectacle. Cela apport un un petit complément d’éclairage à une meilleure compréhension de la loi de 1892. D’autres justifications à cette loi sont également à trouver chez un célèbre hypnotiseur belge de la fin du 19ème siècle : Donato.

Voici un extrait qui explique un peu la problématique et le moyen d’en sortir à l’époque :

« Donato fit un jour, comme d’habitude, avec grand renfort de réclame, des expériences dans une ville de Belgique. Il hypnotisa une personne. Lorsque Donato l’eût fixé quelques instants, le sujet était tellement subjugué, qu’il suivait Donato sans pouvoir opposer la plus petite résistance.

L’hypnotiseur venait-il à se déplacer vivement, le sujet courait après lui ; il était véritablement attaché à son regard. Donato pouvait faire cesser cette hypnotisation quand il le voulait ; il n’avait qu’à fermer les yeux du sujet et à lui donner la suggestion : « Éveillez-vous, vous êtes calme », et le sujet se réveillait se déclarant tout à fait calme. Ce calme n’était qu’apparent. Il est établi que la répétition des expériences augmente la sensibilité à l’hypnotisme.

Ce sujet, que Donato avait hypnotisé brutalement sur la scène vit donc sa faiblesse nerveuse augmenter et dans les rues de la ville où il se trouvait, il fut bientôt fasciné par les feux lancés par les phares des automobiles. Il ne pouvait plus sortir le soir sans être la proie des sources de vive lumière. La fascination avait augmenté sa névrose et il fallut le soigner. La justice informa, il y eut des enquêtes, des expertises, et finalement un projet de loi, et l’hypnotisme fut interdit en Belgique en représentations publiques.

La France, elle aussi, a interdit les séances d’hypnotisme faites en public. Seules sont autorisées les expériences faites devant une société d’études légalement constituée. Mais, me direz-vous : « Comment ! Les expériences d’hypnotisme sont interdites en représentations publiques ! Mais on en voit journellement dans les foires et dans les cafés ». Certes, mais c’est simplement parce que les lois, les arrêtés sont si nombreux que la police ne peut tous les connaître.

D’ailleurs, les hypnotiseurs de scène se sont ingéniés à tourner la difficulté. Et voici le « truc » qu’ils ont imaginé : ils sollicitent de la Préfecture de Police une autorisation en déclarant que les expériences sont simulées. Et ce n’est certes pas l’inspecteur, vraisemblablement peu au courant de la question, qui aura peut-être pour mission de venir contrôler les expériences, qui pourra les contredire. Ce truc a fait ses preuves. Donato, qui avait été poursuivi pour infraction à cette loi, plaida dans cet esprit : « La personne qui me sert n’est pas un sujet ! C’est un compère. Prouvez- moi qu’il dort réellement ! » On ne peut faire la preuve que le sujet dormait et Donato fut acquitté. »

« DONATO ET L’HYPNOTISME THEATRAL

Extrait de la revue L’escamoteur, N°7 et N°9 de décembre 1947 et mars 1948. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s