Un sentiment que je partage

NOUVEL EXTRAIT DU LIVRE

« DU LANGAGE DES SENTIMENTS DE L’ÂME, D’AUTRES VISAGES DE L’HYPNOSE » PRÉFACÉ PAR LE DR CALICHIAMA.

« Aujourd’hui encore, de par sa phénoménologie étendue, l’hypnose fascine plus que jamais ses contemporains. Sujette à bien des interprétations, convoitises et superstitions, l’hypnose n’en demeure pas moins une fonction naturelle.

« L’hypnose n’est pas une propriété, pas plus une discipline et encore moins une poule aux oeufs d’or. »

Si l’hypnose devait relever d’un seul domaine, ce serait celui des « sciences du langage ».
De la même façon que la communication n’appartient pas exclusivement à une discipline ou une corporation, chacun devra rester libre d’utiliser le langage de l’hypnose, de façon éthique, dans sa vie personnelle et privée, ou dans le cadre légal de sa profession.

Si l’hypnose a des effets psychothérapiques, elle n’est pas une psychothérapie pour autant. Au même titre, la philosophie, la littérature, les voyages, les activités oisives ont des effets psychothérapiques variables, sans appartenir au champ des psychothérapies.

Si l’hypnose présente certains effets analgésiques et antalgiques, elle n’en est pas pour autant une médecine ; la relaxation, la méditation, le yoga, etc. ont des vertus similaires sans être des médecines dures pour autant. 

Si les effets de l’hypnose s’observent dans le cerveau, elle n’est pas pour autant une science. Ces déductions reviendraient à faire des dieux une science parce que nos croyances génèrent des activités cérébrales. Toute activité et non activité de l’homme actif génèrent des activités cérébrales.

Si l’hypnose est utilisée pour distraire les foules, elle n’est pas en soi un spectacle.

Si l’hypnose est utilisée comme lien social dans des espaces publics, elle n’est pas pour autant un lien.

Si l’hypnose est utilisée pour se rapprocher des dieux, elle n’est pas pour autant une religion.

L’hypnose n’est pas psychologie, l’hypnose est encore moins médecine ou psychiatrie ; ces disciplines sont d’ailleurs parfaitement réglementées.

Vouloir s’approprier l’hypnose et en priver les autres au nom de nous ne savons quel sophisme corporatiste, relève soit de l’absurdité, soit de la vénalité, soit de l’ensemble. »

CHOIX D’UN PRATICIEN

L’hypnose est un réflexe, une disposition, une faculté, une forme de perception… L’apprivoiser et la cultiver précieusement est souhaitable ; nous ne devons cependant la confier sous aucun prétexte au premier venu, et ce, quels que soient ses titres honorifiques, diplômes ou prétentions.

Comment choisir un praticien de l’hypnose compétent ?

Dans un premier temps, il sera raisonnable de se fier au « bouche à oreilles », aux recommandations de son entourage proche, à des gens qui ont obtenu de sérieux résultats en consultant ceux qu’ils recommanderont.

Il est important de ne pas se laisser influencer par les titres des praticiens. Dans les domaines de l’hypnose, être soignant* ne sera en aucun cas et d’aucune façon un gage de qualité.

Distinction entre un soignant et un aidant.

*Soignant : Tout professionnel de santé appartenant au corps médical ou paramédical. Il soigne des patients dans le cadre légal de sa profession médicale ou paramédicale. Certains soignants proposent en plus de leur activité conventionnelle des séances d’hypnose.

L’aidant :
– L’aidant professionnel est une personne pratiquant la relation d’aide de façon officielle et légale ; il est souvent spécialisé dans un seul domaine qui peut être celui de l’hypnose ou un autre. Il respecte le code de déontologie qui régit sa profession.

– L’aidant particulier est celui de la vie de tous les jours. Il peut être un parent ou un proche. De façon complètement altruiste, il met son expérience, son savoir-faire et ses connaissances au service du bien-être de celui qui lui est cher.

AU SUJET DE L’AUTEURGérôme ETTZEVOGLOV est un auteur Français né en 1970.
Son premier livre : « De l’Induction Hypnotique, Hypnose Progressive, Rapide et Instantanée », préfacé par le Dr Nadine MEMRAN et le Dr Pierre GUTLEBEN a été vendu à des milliers d’exemplaires dans les pays francophones par les éditions « SATAS », maison d’édition Belge reconnue en sciences humaines.
Il est aussi l’auteur de nombreux manuels et articles sur la communication, l’hypnose et l’hypnothérapie. Spécialiste en ces domaines, il a notamment développé des approches qu’il a enseignées à de nombreux médecins, psychiatres, psychologues, hypnothérapeutes et thérapeutes de toute obédience. 
Il consacre dorénavant sa vie professionnelle à la recherche et l’écriture.
Son nouveau livre : «  Du Langage des Sentiments de l’Âme, d’Autres Visages de l’Hypnose », préfacé par le Dr Bertrand CALICHIAMA, paru aux éditions EUTHYMIX le 30 janvier 2017, est distribué en France et dans différents pays du monde ; il est en cours de traduction pour mieux répondre à la demande des pays anglophones.

Une réflexion au sujet de « Un sentiment que je partage »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s