Pourquoi je m’en fous ?

instantane-2-05-03-17-08-01

J’ai assisté hier soir à la très intéressante conférence de Anne et Arianne sur l’aide que l’on peut apporter aux âmes pour faciliter leur passage vers la lumière avec un message d’amour.

La route pour revenir de Bruxelles à Rochefort est longue et m’a permis de laisser vagabonder mes idées. Comment puis-je à la fois m’intéresser à ce sujet qui me parle au fond des tripes et dire à tout le monde qui vient en consultation : « votre histoire : je m’en fous ». Je suis dans un discours totalement en incohérence avec mes convictions les plus intimes. Et pourtant !

Vous venez me voir avec votre vécu et votre explication rationnelle de vos problèmes, vous n’avez qu’une seule envie, vous racontez et vous attendez de moi une écoute bienveillante. Normal, et là je vous arrête et je vous dis que votre histoire ne m’intéresse pas (rupture de cadre) et que j’attends de vous, juste un mot, un seul mot qui résume vos malheurs, votre histoire. Je vous coupe dans votre élan. Où est mon écoute ? Pourtant vous aviez bien appris votre histoire avec (ça dépend des modes) votre jumeau utérin perdu trop tôt, l’esprit de votre grand-mère ou ce destin imparable qui vous empêche d’avancer. Oui, je m’en fous car ce sont, contées par d’autres personnes, toujours les mêmes histoires que vous racontez et qui vous empêche de penser à autre chose de sacrément plus primordial pour votre vie : « vers où voulez-vous aller ? ».

Vous n’en savez généralement rien, obsédés par votre histoire qui vous fait tourner en rond. Vous n’avez pas vu au matin que le ciel était bleu, que le soleil était dans votre coeur et que c’était à vous de l’allumer même s’il pleuvait. Vous sortez tout engourdi de vos rêves et vous repartez dans votre train-train, et chaque jour qui passe vient ré-ancrer vos malheurs et votre histoire.

STOP

Vous ne changerez pas votre passé, il fait partie de votre vécu, mais vous pouvez changer cette nouvelle journée et écrire un nouveau destin, vous pouvez communiquer avec l’autre autrement et changer profondément votre état d’âme en mettant de côté, une bonne fois pour toute, vos aprioris, votre vision du monde, votre histoire, vos excuses, …

Je sais, le cerveau humain est ainsi fait qu’il a toujours besoin d’une explication rationnelle, d’une justification et il construit ainsi sur base de ses hypothèses un monde qui l’enferme et qui l’empêche de bouger, de vivre et d’évoluer. Sans cesse, il répète les mêmes comportements, les mêmes erreurs et il ne comprend pas car il pense avoir mis toute son énergie pour changer et rien ne bouge.

En fait, il ne comprend pas que toute  cette énergie de bonne volonté est mobilisée contre lui-même au lieu de la consacrer à devenir lui-même. L’être humain est fait d’un ensemble de pulsions et de comportements réflexes appris pour survivre. Nous sommes en permanence sur sur le qui-vive et rarement dans le plaisir de l’instant, notre seul but est de passer le temps sans se faire mal et en s’offrant un maximum de plaisir artificiels pour assouvir nos pulsions. Nous encombrons alors notre esprit de croyances et de comportements inadaptés récoltés au fur et à mesure de nos rencontres et de nos expériences.

Dans tout ça, vous êtes où ? Vous allez vers quoi ? Vous êtes qui ? C’est ça qui m’intéresse, c’est de ça que je veux parler avec vous, non pas à travers des mots ou des phrases toutes faites, mais à travers cet échange très particulier que j’appelle la méta-communication. Dans cet espace de rencontre, il n’y a pas de croyances, de préjugés, il y a juste une âme qui rencontre une autre âme et elles se parlent dans le langage des anges. Le temps est aboli, votre esprit prend enfin le temps de se reconnecter avec vous, vous vivez dans le sens le plus profond de ce mot et vous allez vers ce que vous appelez dans votre langage « la lumière » (encore une mode !).

L’état hypnotique est réellement propice à cet éveil, il fait partie intégrante de notre existence comme le sommeil et l’éveil mais il est totalement banni de notre culture et de notre civilisation. Peu importe la méthode, la technique. La plupart des chemins quand ils sont explorés avec des convictions honnêtes, mènent à Rome. J’ai mon style, direct et brusque, qui conviendra à certains types de personnalité et puis au fur et à mesure, mes élèves développent d’autres styles et c’est ça qui est génial.

Alors oui, votre histoire je m’en fous, mais au sortir d’une séance, ils ou elles me disent tous qu’ils se sont sentis entourés, soutenus, accompagnés, en sécurité. Les visages ont changés, la lumière s’est allumée.

Oui, c’est cela aussi la philosophie proposée dans le  HOT système®.

Un tout grand merci au témoignage de Myriam qui est occupée à tracer son chemin avec le HOT et cette petite touche de féminité qui me manque cruellement et que j’ai essayé de compenser à travers le « HOT roman ». Je vous en  joins un extrait. C’est le moment où Madeleine, l’héroïne, confie le mot ‘Amour’ et je développe différentes interprétations de ce mot pour Madeleine. :

« Madeleine porte directement une main devant sa bouche et susurre du bout des lèvres le mot ‘amour’. Elle semble gênée comme une petite fille bien élevée qui aurait sorti un gros mot. Ses yeux sont légèrement humides. Ericson, discrètement ajoute le mot à la liste.

‘Amour’ recouvre plusieurs sens pour elle, c’est tout d’abord l’amour de sa maman et de sa grand-mère vis-à-vis d’elle. Un amour absolu, sans réserve, celui que l’on donne sans rien attendre en retour. Celui qui accepte tout et qui pardonne tout.

Ensuite, c’est son ‘amour’ à elle de maman pour sa propre fille. Ce même amour qui lui a servi de moteur pour continuer à lutter et à se battre. Un amour inconditionnel qu’elle espère avoir transmis à sa fille.

Il y a également, son amour de fille et de petite fille. Un amour de reconnaissance et de merci pour ce qu’elle a reçu. C’est un amour de présence, de regards pour toutes les petites choses qui font le quotidien. C’est un amour qu’elle situe dans son cœur.

Il y a aussi un amour silencieux, plus impalpable pour son papa parti trop tôt. Celui-là, c’est plus un trou, un manque, quelque chose qu’elle n’a jamais pu combler. Il est plus dans sa tête.

Enfin, mais cela n’a pas duré longtemps, il y a eu cet ‘amour’ pour son mari. Elle avait fondé beaucoup d’espoir dans ce dernier, surtout le jour où ils avaient échangé leurs vœux devant Monsieur le curé. Elle y avait vraiment cru. Elle pensait que c’était réciproque et éternel. Hélas, cela n’a pas duré très longtemps et le joli cœur qui plaisait temps à sa maman a vite montré son incapacité à être un bon mari. Il était brutal et pour lui l’amour était plus physique que sentimental. »

Et pour vous, c’est quoi le mot ‘Amour’ ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s