Salades

salade

Je n’écris pas que des salades, j’en fais aussi. Mon grand bonheur c’est d’essayer de faire pousser quelque chose dans mon jardin. Ce quelque chose doit de préférence être comestible mais c’est là que depuis plusieurs années je suis en compétition avec un ennemi invincible.

Cette année, nous avons enfin décidé d’investir dans une serre. Certes, les années précédentes, j’arrivais à obtenir quelques tomates fin novembre et encore on les cueillait vertes. Cette année, la résolution est prise, nous aurons des tomates avant l’automne.

Pour les salades, courgettes et autres légumes verts, la serre ne suffit pas. Il faut mettre tous ces légumes en devenir à l’abri des prédateurs attirés par ? Je vous le donne en mille : les odeurs. La jeune feuille de salade tendre et croustillante à souhait émet un doux parfum perçu à des dizaines de mètre à distance par une espèce animale pas du tout en voie de disparition. J’ai nommé la limace (et son cousin l’escargot). Nous en possédons hélas de nombreuses variétés. Il y a les oranges, les brunes, les tigrées, les noirs. Toutes sont irrémédiablement attirées par la feuille de laitue fraîche en devenir. Elles franchissent tous les obstacles pour assouvir leur faim. Elles se glissent dans la moindre interstice, elles grimpent sur tout et elles festoient à l’aise durant la nuit.

Elles surgissent le soir, juste après le coucher du soleil et commencent leur lent périple vers mes salades. Pour protéger ces dernières, l’année passée, j’avais fabriqué des bacs étanches recouvert d’une vitre. A la tombée de la nuit, à l’aide d’une lampe de poche, j’allais inspecter les lieux et je salais ou piquaient les intruses. J’étais occupé à remporter la victoire, j’allais enfin déguster ma première laitue quand un jour dans ma précipitation j’ai oublié d’ouvrir et d’aérer mon bac avant de partir le matin. Il a fait chaud ce jour là, très chaud, quand je suis rentré, toutes mes salades étaient cuites, grillées. Oh rage, oh désespoir, il ne me restait que les courgettes, j’avais réussi à en sauver 3 jeunes plants et nous avons déguster puis manger puis bouffer de la courgette pendant des mois. C’est fou ce qu’un simple plan de courgette peut produire.

J’ai bien entendu essayé les huiles essentielles pour me débarrasser des prédateurs, mais à part pour le moment la menthe poivrée qui les fait changer de direction je n’ai pas de résultats probants. Les recherches continuent.

Je parle beaucoup à mes salades, je les caresse doucement, j’inspecte les feuilles et elles semblent apprécier. comme j’ai un étang avec des poissons, je me sers de l’eau des poissons riche en déjections pour les arroser (j’avais vu cette technique dans une vidéo). Quand je passe mes mains au-dessus des légumes, je sens comme une énergie qui s’en dégage, mes mains commencent à picoter et deviennent toutes mauves. J’espère que les laitues n’ont pas une âme, sinon je ne sais plus ce que l’on peut manger.

Encore quelques jours et la première de ces laitues viendra agrémenter notre repas avec quelques limaces grillées.

Bon appétit

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s