Les huiles « TEST »

Dans mon article précédent, je parlais de « préchauffer l’inconscient » et c’est réellement le but premier du choix de ces huiles. Ce sont des huiles faciles, dans le sens où elles vont éveiller directement chez la plupart des gens des souvenirs inconscients liés à leur histoire ou a des archétypes (l’odeur de la rose est associée à la féminité).

En hypnose classique ou Ericksonienne, la séance commence généralement par une sorte d’anamnèse, un questionnaire durant lequel la personne expose son problème. La séance d’hypnose commence formellement après cet exposé par une induction pour amener le consultant dans un état hypnotique plus ou moins profond.

En Hypnose intégrative®, la séance d’hypnose commence dès le premier contact avec le consultant (accueil dans le cabinet ou même avant durant le contact téléphonique). L’induction est une simple formalité qui s’inscrit normalement dans le déroulement de la séance. En recognition intégrative®, l’induction formelle est même inexistante. Ce type de thérapie commence également par une sorte de questionnaire simplifié ou un portrait chinois dont le but est toujours d’aller chercher les mots du consultant (matériel) dans une orientation résultat sur base des affects (vers où le consultant veut aller et non pas sa problématique).

Dans le HOT système, l’idée est la même, les huiles « TEST » vont remplacer ce questionnaire ou le portrait chinois. Un dialogue ludique s’installe immédiatement entre le thérapeute et le consultant à travers les évocations et les souvenirs. Le consultant fournit directement le matériel nécessaire au thérapeute pour travailler. Le but étant d’utiliser ensuite uniquement le vocabulaire utilisé par le consultant en écartant les propres interprétations du thérapeute. Si le consultant sort le mot « calme », ce n’est pas « tranquille ». Pour l’inconscient du consultant, « calme » a toute une histoire qui lui est propre et c’est ce mot là qu’il a choisi. Dans ce travail, le langage du thérapeute est très pauvre, il consiste simplement à reprendre les termes exacts du consultant.

Quand je dis que la séance commence à l’entrée du cabinet, il faut s’imaginer que le consultant entre dans un entonnoir et qu’il va glisser naturellement et sans efforts vers l’état d’hypnose. Pour ce faire, nous utilisons les sens pour communiquer au mieux avec cet inconscient. En hypnose Ericksonienne, on va par exemple évoquer le contact avec le dossier de la chaise (toucher), le bruits d’une horloge (ouïe), un point sur le mur (vue), les odeurs de la pièce (odorat) etc…

Le problème est que pour l’odorat, le cerveau est incapable d’imaginer une odeur. Il peut retrouver un souvenir à partir d’une odeur, mais pas une odeur à partir d’un souvenir. L’inconscient traite la majorité des informations et délèguent au conscient ce qu’il ne peut résoudre lui-même. Faire se souvenir d’une odeur à l’inconscient est impossible, il demandera donc au conscient de reprendre la main, ce qui est contraire au but recherché.

Dans le HOT système, le consultant va être réellement touché physiquement, il va réellement entendre ses propres mots (matériel), il va être en communication non-verbale complète avec le thérapeute (gestuelle et regard) et enfin il va réellement sentir une odeur qui lui plait et qu’il a choisi.

On peut donc résumer en disant que l’huile « TEST » est au HOT système ce que le test de suggestibilité est à l’hypnose (traditionnelle ou intégrative®).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s