Un drôle d’endroit

P1010300ter

Il nous faut un peu de temps pour bien trouver nos marques dans ces nouveaux locaux. J’occupe un grand bureau très insonorisé qui a la particularité de me permettre d’entendre les conversations des bureaux voisins mais qui ne laisse pas sortir les bruits. De ce bureau , j’ai une vue directe sur tous les véhicules qui entrent et sortent du site. Je décide de placer un aquarium devant la fenêtre pour donner un caractère relaxant à l’endroit.  J’ai une certaine expérience en aquariophilie et l’aquarium se développe très vite. La végétation est abondante et les poissons se reproduisent rapidement. Un matin, en rentrant dans mon bureau, je constate une certaine agitation dans l’aquarium. Les poissons semblent gober quelques choses à la surface de l’eau et ils nagent comme des fous dans tous les sens. Je m’approche et je vois une fourmi surnageant en surface, une très grosse fourmi noire. Elle est bientôt suivie par une deuxième, puis d’autres. Ces fourmis commencent à former une colonne qui monte le long de l’aquarium. Elles viennent de l’extérieur et elles montent se jeter dans l’eau les unes après les autres. Je ne sais rien faire. Cela va durer presque 1 heure. Les poissons sont complètement fous. La surface de l’eau est recouverte de fourmis. Dans les jours qui suivent et malgré un bon nettoyage, les poissons et les plantes meurent. Impossible de sauver quoi que ce soit.

Compte tenu des odeurs persistantes dans le réfectoire, nous avons décidé de ne plus l’occuper. Les murs sont en effet recouverts d’une sorte de caoutchouc impossible à décoller et malgré l’utilisation de différents produits, nous n’arrivons pas à évacuer cette odeur de mort.

Le propriétaire nous avait prévenu que le site n’était pas raccordé à l’eau de ville et qu’il était déconseillé de s’en servir pour cuisiner. Nous avions des fontaines et l’eau servait juste pour les sanitaires. En plus de l’odeur dans le réfectoire, il y avait également une drôle d’odeur dans certains autres locaux. Je n’arrivais pas à identifier son origine.

Un phénomène étrange commença à se produire avec l’unité centrale de notre système informatique. Vers environ 14h et quelques fois par semaine, le système s’emballait et générait des informations sur le disque dur. Le disque dur se saturait et on n’arrivait pas à l’arrêter. La seule solution était de redémarrer le système et d’effacer les fichiers générés. Notre informaticien a perdu ses derniers cheveux sur ce problème. La machine a été mise en test ailleurs et là le phénomène ne s’est jamais reproduit.

Je suis très sensible aux champs magnétiques. L’installation électrique avait été entièrement refaite par le jeune sympa de la morgue. C’était n’importe quoi. Il y avait des fils dans tous les sens et des prises partout. Dans certains bureaux, j’étais incapable de rester. Les autres ne sentaient rien.

Nous avons également connu plusieurs épidémies de gastro-entérite. Le personnel tombait comme des mouches. Le moral commençait à s’effriter.

Pour couronner le tout, nous avons connu une série continue de mésaventures avec notre matériel roulant, camionnette en feu, vol des pneus, disparition d’un chauffeur avec un véhicule, sinistre total avec un chauffeur en état d’ivresse, etc…

Je commençais sérieusement à faire un parallèle entre ce déménagement et les problèmes rencontrés. Je décidais donc de faire appel à un géobiologue réputé et reconnu pour faire un état des lieux au niveau énergétique de ce bâtiment. Je vous rappelle que le site est situé dans un Y de chemin de fer. Le jour convenu, le géobiologue se présente et il y a justement grève à la SNCB. Le géobiologue fait consciencieusement le tour avec ses instruments de mesure. Il détecte de nombreux problèmes électriques liés à l’installation. Il mesure également le radon dans une petite cave et les taux sont normaux. Cependant, en remontant de la cave, son visage a changé, il semble nerveux et m’invite à sortir. Il me dit ne pas vouloir rester un instant de plus dans ce bâtiment et me parle de mémoire des murs. Il me conseille de quitter cet endroit au plus vite.